Search & Find
Vous êtes ici :  UFR Mathématique-Informatique   >   Bienvenue   >   IREM   >   Groupes   >   Mémoire et apprentissage

Mémoire et apprentissage

  Euclide

Membres

Anne SCHULTZ
Anne ARCHIS
Audrey CANDELORO
Hélène CHILLES-BRIX
Sonia LORANT
Jean-Claude RAUSCHER
Christian SCHULTZ
Pauline WIEDERHOLD

Présentation

Le groupe « Mémoire et apprentissages en mathématiques » s’est constitué au mois de décembre 2013 à la suite d’une conférence de Sonia Lorant donné à l’IREM à la demande du groupe didactique des mathématiques.

L’objectif du groupe est de mettre en relation les apports de la recherche en sciences cognitives (sur les mécanismes d’apprentissages) avec les pratiques quotidiennes et de faire le lien avec les connaissances de didactique des mathématiques.
Ces apports peuvent bousculer certaines certitudes ou au contraire justifier des intuitions en proposant une explication étayée par la recherche.
Dans tous les cas, ils nous apportent des éléments de réflexion pour approfondir notre travail.

Les rencontres du groupe ont d’abord permis aux professeurs de se poser la question de ce qu’est apprendre et le lien avec la mémoire.

Apprendre vient du latin « apprehendere » qui signifie « prendre à soi, saisir par l’esprit et donc faire sien ».
Apprendre est un processus individuel de transformation d’une information en connaissance.
Ce n’est donc pas à confondre avec enseigner qui vient du latin « insignare » qui veut dire « indiquer, faire connaître quelque chose ».

Enseigner c’est donc accompagner l’élève pour lui permettre d’apprendre.

Dans cette réflexion à partir des sciences cognitives, nous ne perdons pas de vue deux aspects :

  • le cadre de la classe qui est à la fois un support d’apprentissage (organisation temporelle ou spatiale, interactions élève-élève, élève-enseignant) et une contrainte (prise en compte de la différenciation …) ;
  • les questions de didactique des mathématiques c’est-à-dire la prise en compte des contenus à développer et la nature du travail en jeu pour les acquérir.

Après un temps d’apports théoriques donnés par Sonia Lorant, nous avons commencé à analyser nos pratiques afin de voir en quoi elles favorisaient ou freinaient la mémorisation des connaissances.
Pour ce, nous avons travaillé sur des exemples concrets.

Lors des réunions du groupe, diverses situations rencontrées sont exposées : les difficultés, les questionnements et les initiatives de résolution.
Ces pratiques quotidiennes sont alors mises en regard avec les apports des sciences cognitives, exposés par Sonia Lorant.
Il en découle des propositions de gestes professionnels, d’attitudes et aussi de séquences d’apprentissages.

En voulant rendre compte ici de nos avancées et de nos réflexions, nous avons mesuré la complexité des mécanismes entrants en jeu et la difficulté de partager des recommandations qui soient bien interprétées par le lecteur.

La posture du professeur ne peut en effet se résumer à une liste de gestes à suivre car elle est plus complexe que cela.
Nous avons donc fait le choix de décrire des situations vécues et de les relire avec le regard des sciences cognitives et de la didactique.

Les écrits que nous proposons sont donc présentées sous formes de fiches dont l’ordre de lecture n’est pas nécessairement linéaire. Les liens hypertextes proposés permettent de passer de l’une à l’autre au gré des questionnements.

Contact

Anne SCHULTZ (schultz.anne@[ENLEVER]free.fr)