Si vous ne voyez pas correctement ce message, visualisez-le sur votre navigateur


Lettre d'information N°5 Janvier 2020

Édito
Le mot du directeur

Quelques mois après la rentrée universitaire 2019-2020, la hausse des effectifs étudiants dans nos filières est avérée, ce qui confirme l’attractivité des diplômes de l’UFR. Le dynamisme des équipes administratives et la créativité des équipes pédagogiques en sont les principales causes. De même, la richesse des activités culturelles et conviviales de l’UFR (comme les journées de l’architecture et la journée des licences) contribue très largement à l’amélioration du cadre de travail des étudiants et de tous les personnels.

Lors de cette année universitaire, le chantier de rénovation énergétique du bâtiment de l’UFR situé rue René Descartes débutera. Cela commencera par un renfort structurel de ce bâtiment en 2020, la phase principale du chantier étant prévue pour 2021. Bien que d’importantes nuisances sont à craindre pendant les phases d’intervention, ce projet, qui est encore en cours d’élaboration, représente une réelle opportunité d’amélioration du cadre de travail. Actuellement, certaines salles de cours ainsi que les services administratifs ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ce défaut fonctionnel devra obligatoirement être corrigé dans le cadre de cette rénovation.

En 2019, plusieurs structures de l’UFR ont accueilli de nouveaux directeurs. Monsieur Mohamed Atlagh  à l’IREM, monsieur Stéphane Cateloin au département d’informatique et monsieur Michaël Gutnic au département de mathématiques. Leurs missions sont variées, mais l’aménagement de l’accueil des futurs lycéens suite à la réforme du baccalauréat et des programmes au lycée sera prioritaire.

Vincent Blanlœil
Directeur de l'UFR de mathématique et d'informatique

Evènement
Journée des licences

L’année universitaire 2018 /2019 s’est achevée pour la deuxième édition par la journée des licences co-organisée par Nalini Anantharaman, Directrice du labex IRMIA, Sandrine Alberelli, Responsable administrative de l’UFR et par les amicales étudiantes AIUS et ADEM ;  beaucoup d’activités au programme en ce vendredi 24 mai ! cette journée a commencé par des exposés scientifiques d’Andrei Okounkov, de Cédric Bastoul et de David Aubin ; elle s’est poursuivie par un barbecue à midi et par des jeux de toutes sortes : un escape game organisé par les étudiants, des jeux de société, des match de volley et des tournois de pétanque et, ce durant toute l’après-midi dans un esprit festif ;  La journée s’est achevée dans le Grand amphithéâtre Frenkel, par un spectacle MATH’N POP animée par Moreno Andreatta et ses musiciens surprise, Michaël Gutnic et Samuel Maistre aux sax et Jonathan Gasser au cajon ! Ce spectacle met l’accent sur le lien entre les mathématiques et la musique, du « blues de Pythagore » jusqu'aux transformations topologiques sur la pièce Hey Jude des Beatles en passant par des chansons de Paolo Conte et des compositions hamiltoniennes.

Evènement
Journées de l'architecture

Dans le cadre de la fête de la Science 2019 et en partenariat avec les Journées Européennes de L’Architecture (JA), l’UFR de Mathématique et d’informatique de l’Université de Strasbourg (bâtiment emblématique des années 60) a laissé entrevoir un autre regard sur sa structure, le temps d’une visite commentée.

Le public passionné a interagi avec les explications de l’architecte M. Laurent KOHLER qui est également peintre et topoète.

 

« L’UFR de Math-info (1967, Bertrand Monet architecte) est l’un des plus beaux exemples à Strasbourg de l’architecture dite moderne.

Du plan d’ensemble au moindre détail, cette architecture illustre parfaitement une pensée aujourd’hui révolue : composition allègre des volume, poteau en béton magnifié, et manifeste, pilotis, brise-soleil, beau patio traité en jardin japonais et amphithéâtres brandis sur le campus. Enfin, les matériaux, les calepinages, en un mot la modénature sont ici remarquables, de régularité, et de justesse.

Avec pour conséquence une grande éloquence de cette architecture pour qui sait la regarder. Les entrées, principale et secondaire, d’emblée repérées, l’organisation limpide du vaste rez-de-chaussée qui distribue le tout autour de deux jardins, ou patio, où que l’on soit on sait où l’on est.

Enfin, encore très méconnue, cette architecture subit régulièrement les outrages de cette ignorance... »

 

Laurent Kohler

Octobre 2019

Portrait du nouveau Directeur du département de Mathématiques à l’UFR de Mathématique et Informatique.

Depuis le 1er janvier 2019, Michaël Gutnic a pris ses nouvelles fonctions de Directeur du département de Mathématiques à l’UFR de Mathématique et Informatique.

Après un doctorat en mathématiques soutenu en 1998 à l’Université de Paris Sud, il poursuit sa carrière en tant que Maître de conférences à l’Université de Strasbourg où il intègre l'équipe de recherche Modélisation et contrôle de l’Institut de Recherche Mathématique avancée. Ses derniers travaux en mathématiques appliquées à la fusion nucléaire portent sur l’étude mathématique et numérique du plasma de tokamak (pour plus d’informations programme Iter).

Son expérience universitaire se fonde sur son engagement collectif notamment dans les instances centrales de l’université pendant ces 12 dernières années (conseil d’administration, CHSCT, commissions et groupes de travail divers, responsable APOGEE de l’UFR et de l’Université…) qui lui ont conféré une bonne connaissance du fonctionnement de l’institution (organisation, aspects budgétaires ou ressources humaines,...). Il a également exercé des responsabilités syndicales en tant que membre du bureau puis co-secrétaire de SNESUP-FSU de l’Université de Strasbourg.

Il enseigne aujourd’hui le Calcul scientifique en 2ème année de la licence de mathématiques, ainsi que les mathématiques et probabilités et statistiques en 1ère et 2ème années de la licence des Sciences de la Vie, dont il a été responsable pendant plusieurs années des équipes pédagogiques.

Son élection s’inscrit dans la continuité de son engagement,  collectif désormais au service de la communauté mathématique, et plus particulièrement sur les aspects d’offre de formation en mathématiques afin de continuer à proposer les enseignements les plus pertinents aux étudiants.

Entreprises
Dons et taxe d'apprentissage au profit de l'UFR

L’UFR Mathématique-Informatique a, grâce à la taxe d’apprentissage financé nombre de projets : achats de matériels, de mobiliers pour les salles d'enseignement, aménagement des locaux, rénovation des salles d'enseignement, etc.

Ainsi, Elle considère cette taxe comme un moyen concret pour les entreprises d'agir à ses côtés et de participer activement au développement de l'apprentissage et au financement d’actions de formation.

Elle sollicitera, prochainement, dans le cadre de la campagne taxe d’apprentissage 2020, ses partenaires par l’intermédiaire d’un mailing et espère recevoir encore une fois leur soutien.

Focus
Interview d'Alix Deleporte - Ancien doctorant

Alix Deleporte a récemment soutenu sa thèse à l'IRMA. Il a accepté de répondre à quelques questions.

 

Quel est ton parcours ?

J'ai fait mon Master recherche à l'université Paris-Sud, en tant qu'élève de l'ENS. J'y ai rencontré Nalini Anantharaman qui a accepté de me prendre en thèse, à condition que je la suive à Strasbourg ! Je suis donc arrivé à l'IRMA ou plus précisément à l'UFR Math-Info – puisque c'est là qu'est mon bureau – pour mon stage de M2. J'ai ensuite fait toute ma thèse à Strasbourg. À présent, je pars en post-doctorat (CDD de recherche) au MSRI (Berkeley) puis à l'Université de Zürich.

 

Quelles ont été tes actions à l'IRMA et à l'UFR ?

En tant que doctorant, j'ai été intégré aux activités de recherche à l'IRMA, et d'enseignement à l'UFR. Du côté IRMA, j'ai animé un groupe de travail pendant un an. Du côté UFR, j'ai enseigné en première et en deuxième année pour la licence Math-Info.

 J'ai aussi eu la chance de pouvoir enseigner, aux côtés de Tatiana Beliaeva, au cercle mathématique de Strasbourg, qui rassemble des lycéens et qui a déjà fait l'objet d'un article dans cette Newsletter.

C'est dans ce cadre que j'ai co-organisé le TFJM^2 (Tournoi Français des Jeunes Mathématiciennes et Mathématiciens), une compétition mathématique  pour élèves de lycée à l'échelle de la région Grand-Est.

 

Sur quoi porte ton manuscrit de thèse ?

J'ai majoritairement travaillé sur des problèmes aux valeurs propres pour des opérateurs qui agissent sur des sections holomorphes de fibrés. Quand la puissance du fibré tend vers l'infini, j'ai étudié les comportements asymptotiques, d'abord des espaces de sections, puis des opérateurs qui agissent dessus. C'est de la recherche fondamentale, mais qui est motivée par des exemples venant de la physique des spins, et qui j'espère pourra en retour nourrir la littérature physique.

 Pour faire simple, j'ai diagonalisé des matrices !

 

Comment se passe la transition d’étudiant à chercheur ?

Ce n'est jamais une transition facile... J'ai eu la chance d'être soutenu par mon équipe de recherche, ce qui a permis que je ne me sente rapidement plus comme un étudiant. Mais ça ne veut pas dire que je n'ai pas des moments de doute sur mon avenir professionnel ! Chacun évloue à son rythme et je pense que le plus important est de parler aux gens et de se sentir à sa place.

 

Tu es également musicien amateur. Que penses-tu des liens entre mathématique et musique ?

À titre personnel, je vis surtout la musique comme un moment où je mets les mathématiques entre parenthèses -- et réciproquement ! Tel jour où rien ne marche dans ma recherche, la pratique ou l'écoute musicales me réconfortent ; tel jour où je suis frustré de ne pas arriver à jouer du basson comme je le voudrais, je peux me concentrer sur la préparation d'un cours. J'ai été très bien accueilli au sein de l'Orchestre Universitaire, ce qui m'a permis de tisser des liens notamment avec des enseignants et chercheurs d'autres disciplines. Cet orchestre cherche des musiciens et des musiciennes !

 Beaucoup de qualités d'un musicien sont également des qualités d'enseignant ou de chercheur en mathématiques (écoute mutuelle, présence scénique, sens de l'organisation, originalité, compréhension de nouvelles notations, obstination...). Pour autant, je ne pense pas qu'être  mathématicien m'aide particulièrement à mieux jouer. Les outils d'analyse harmonique (au sens musical du terme) nécessaires à la compréhension ou  l'écriture d'une partition sont rudimentaires d'un point de vue mathématique. A contrario, la science des matériaux (et les outils mathématiques associés) a toujours servi la pratique musicale en permettant l'amélioration de l'acoustique des instruments et des salles, de Boehm à l'impression 3D.

 

Quels sont tes meilleurs souvenirs de tes années à Strasbourg ?

J'ai été profondément marqué par l'efficacité et la gentillesse du personnel administratif, tant à l'IRMA qu'à l'UFR. Je souhaite pouvoir retrouver une telle énergie dans la suite de ma carrière !

 Parmi les moments que j'ai particulièrement appréciés, figure la naissance des canetons dans le patio de l'UFR. Tous les ans, une cane revient pondre au début du printemps. Et tous les ans, une effervescence s'empare du laboratoire ! La protection des canetons constitue d'un coup le sujet de discussion principal à l'UFR. Je pense que c'est une belle métaphore pour la mission première d'une université.